Zones humides Ramsar : quintuplé pour la biodiversité de Madagascar ! | WWF

Zones humides Ramsar : quintuplé pour la biodiversité de Madagascar !

Posted on 01 June 2017   |  
L'archipel des îles Barren
© WWF Madagascar / Tony Rakoto
 Cinq nouveaux sites malgaches viennent d'être désignés le 31 mai 2017 à la 53ème réunion du comité permanent de la convention Ramsar à Gland, en Suisse. C'est une excellente nouvelle pour la conservation de la biodiversité de Madagascar.

La démarche de soumission des zones humides de Madagascar à la convention Ramsar est une initiative du gouvernement malgache, à travers le ministère de l'Environnement, de l'Écologie et des Forets, en collaboration avec les gestionnaires des sites et les organismes de conservation qui interviennent à Madagascar. Cette initiative nationale a été très activement appuyée par WWF Madagascar, qui assure la gestion de deux des cinq nouveaux sites, et le programme sur les écosystèmes d'eau douce de WWF International.

Les cinq nouvelles zones humides inscrites à la convention Ramsar :

- Zones humides de l’Onilahy : Le site est situé dans l’aire protégée d'Amoron'i Onilahy, dans le sud-ouest de Madagascar. Il couvre un tronçon de 75 kilomètres de la rivière Onilahy inférieure. Le site se distingue par le degré élevé d'hétérogénéité de ses habitats ainsi que par le taux d'endémisme de sa flore et faune uniques. Il fournit des habitats clés pour une large gamme d'espèces animales : 27 mammifères ; 56 reptiles, 79 espèces d’oiseaux ; et l’espèce de poisson Allenbatrachus meridionalis dont l’identification est récente. WWF Madagascar a appuyé la création de la zone protégée, en assure la cogestion et aide les communautés dépendantes des ressources locales à identifier des moyens de subsistance durables alternatifs.

- L'archipel des îles Barren s'étend entre 15 et 65 kilomètres au sud-ouest de la ville de Maintirano dans le canal du Mozambique. La vaste diversité d'habitats préservés, sains et productifs favorise des écosystèmes exceptionnellement riches, dont 39 genres de corail et 150 espèces de poissons. Le site abrite cinq espèces d'oiseaux menacés, cinq espèces de tortues marines menacées, huit espèces de requins menacées et le cœlacanthe, en danger critique d'extinction. Un nouveau modèle de gestion des pêches visant à promouvoir les droits de l'homme et à protéger les zones de pêche de plus de 4 000 pêcheurs traditionnels y a été développé par Blue Ventures, qui assure la gestion du site.

- Les mangroves de Tsiribihina, dans la région de Menabe, comprennent des lagunes, des bancs de sable, des plages de sel et de boue, des marais et des terres arides, et environ 20 000 hectares de mangroves (8,5% de la mangrove de Madagascar). Le site abrite le Propithèque de Verreaux et le renard volant Pteropus rufus, ainsi que la tortue imbriquée. Le site abrite également 44 espèces d'oiseaux d'eau répertoriées.  Les mangroves de Tsiribihina se trouvent au cœur du paysage Manambolo Tsiribihina de WWF Madagascar.  Les communautés qui y vivent sont appuyées et soutenues pour assurer une gestion durable des ressources.

- Le lac de Sofia est situé dans la région de Sofia, dans le district rural de Marotolana au Nord de Madagascar. Le site se compose du lac permanent, des marécages à Cypéracées, de rivières et de cours d'eau sur les côtés en amont et en aval du lac. Le lac de Sofia abrite 36 espèces d'oiseaux d'eau avec cinq espèces en voie de disparition, dont l’Anas Melleri en danger d'extinction. Le site est géré par Durrell Wildlife Conservation Trust.
 
- Les zones humides d'Ambondrombe, sur la plaine de la basse rivière Manambolo dans la région de Menabe, côte ouest de Madagascar. Il s'agit d'une zone de conservation pour les espèces endémiques et menacées telles que l'ibis sacré de Madagascar, le Pygargue de Madagascar, en danger critique d'extinction, et la tortue d’eau douce Erymnochelys madagascariensis. Le site est géré par Durrell Wildlife Conservation Trust.
 
Au total, Madagascar a inscrit 10 nouveaux sites Ramsar en 2017, après Antrema, Nosy Ve Androka, Sahamalaza, Ankarafantsika et Bemanevika en février de cette année. Globalement, Le pays compte maintenant 20 sites Ramsar avec une superficie combinée de plus de deux millions d'hectares. Leurs divers écosystèmes offrent des habitats pour une gamme extraordinaire d'espèces endémiques et menacées.


 
L'archipel des îles Barren
© WWF Madagascar / Tony Rakoto Enlarge
Les mangroves de Tsiribihina
© WWF Madagascar / Carlos Crespo Enlarge
Zones humides de l'Onilahy
© WWF Madagascar / Tony Rakoto Enlarge
Big-headed turtle in Zones humides d'Ambondrombe
© Durrell Wildlife Conservation Trust / Lance Woolaver Enlarge
Dendrocygna viduata in Lake Sofia
© WWF Madagascar / Raveloson A. Bruno Enlarge

Comments

blog comments powered by Disqus