Le premier Festival Baobab Fosa souligne le valeur de l’écotourisme pour la conservation | WWF

Le premier Festival Baobab Fosa souligne le valeur de l’écotourisme pour la conservation

Posted on 28 July 2017   |  
Des jeunes préparent pour le défilé.
© WWF Madagascar/Juliana Jiranek

Un groupe de randonneurs bavarde amicalement en se préparant pour aller faire un tour dans la Forêt Kirindy, une activité de la première édition du Festival Annuel Baobab-Fosa durant le weekend du 21 juillet.

Une petite fille de trois ans qui gambadait au bord de la route porte un tee shirt avec l’inscription : “Moi, je conserve la nature. Et toi?” C’est la fille d’Ony Rabearivololona, la directrice du Centre National de Formation, d’Etudes et de Recherche en Environnement et Forestier (CNFEREF), qui se trouve à Kirindy. “Son amour de la forêt est déjà visible,” note Ony par rapport à sa fille. “ Comme elle m’accompagne toujours, tout ce qui est dans l’écosystème lui est familier.”

L'objectif principal du festival était d’engager les jeunes et d'aider la population locale à apprécier la valeur de l'environnement par l’expérience. Les habitants et les touristes se sont déplacé pour voir l’animal qui a donné son nom au festival, le “Fosa” en plus d’autres espèces floristiques et faunistique durant la visite du parc de Kirindy. Les randonneurs ont ensuite profité de l'autre aspect du nom du festival alors qu'ils savouraient du jus de baobab en contemplant l’Allée de Baobabs, le point chaud de l'écotourisme dans la région.

Le festival a montré le lien entre la culture locale et la conservation et a servi de rappel puissant de l’interaction nécessaire entre les deux. "La conservation de la nature à Menabe", a déclaré Hoséa Randriamanantena, le directeur exécutif du tourisme de Menabe, "est essentiel au développement du tourisme". Le festival est resté fidèle à ce thème, car il implique les habitants et les touristes en expérience avec les Nature et culture de la région.

Le festival a commencé par un défilé dans le centre de Morondava, au cours duquel des manifestants, y compris des musiciens, des danseurs, des entreprises de tourisme et des ONG ont présenté leurs organisations. Tous se sont regroupés sur la plage pour entendre de la musique et des discours. Par respect de la tradition locale les officiels donnent de la viande pour partager avec le peuple pendant une célébration, le ministre de tourisme, Roland Ratsiraka, a promis quatre zébus à la foule.Tout au long du week-end, les natifs du Menabe ont rendu hommage à leurs ancêtres Sakalava grâce à des spectacles traditionnels de danse, de musique et d'athlétisme. Les touristes ont également profité de la culture locale et se sont joints à la célèbre danse locale, le Kilalaky, lors de la balle samedi soir. 

Le festival extrêmement réussi du Menabe devrait servir d'exemple à d'autres communautés qui souhaitent établir des secteurs écotouristiques tout en restant fidèles à leur patrimoine culturel. En pensant au festival, Hoséa se sentait fier des réussites conjointes de l’Office de Tourisme et du WWF et  espère en l'avenir du festival. Il a réfléchi: « Nous espérons que la collaboration avec l’ONG WWF va porter ses fruits et que notre objectifs soient atteints. Et aussi que les touristes découvriront la destination de Menabe".
 

Des jeunes préparent pour le défilé.
© WWF Madagascar/Juliana Jiranek Enlarge
Un des fosa que les randonneurs ont vu à la Réserve Kirindy.
© WWF Madagascar/Juliana Jiranek Enlarge
Les femmes dansent le Kilalaky.
© WWF Madagascar/Juliana Jiranek Enlarge
Le défilé
© WWF Madagascar/Juliana Jiranek Enlarge
Des filles jouent au concours de foot.
© WWF Madagascar/Juliana Jiranek Enlarge
Le festival s'est déplacé au Allée de Baobabs pour une visite.
© WWF Madagascar/Juliana Jiranek Enlarge

Commentaires

blog comments powered by Disqus