Michel à la rescousse pour gérer les conflits | WWF

What would you like to search for?

Our News

Michel à la rescousse pour gérer les conflits

« Je serai toujours prêt à partager le peu que j’ai pour le bien de ma communauté ».

Michel Ramadany a 45 ans. Marié et père de quatre enfants, il habite près des mangroves d’Antenina, dans le district d’Ambilobe, au nord-ouest de Madagascar. Comme d’autres membres de sa famille, Michel fait partie de l’organisation qui gère les mangroves autour de son village. Appuyés par WWF, ces villageois assurent la gestion durable de 1148 hectares de mangroves depuis 2015.

Dans cette zone où le charbonnage illicite des mangroves est un fléau, il est celui que l’on appelle à la rescousse quand les situations dégénèrent. Entre autres choses, il a suivi une formation en gestion de conflit appuyé par WWF. Il s’est particulièrement illustré récemment dans la résolution d’un conflit entre deux villageois d’Antenina.

Pour la petite histoire, deux propriétaires de terrains contigus ont perdu de vue les démarcations de leur terrain respectifs au fil des années. Un des propriétaires a étendu sa parcelle. En réponse, le second propriétaire a détruit les cultures de son voisin. Le conflit s’est envenimé à un point où la violence aurait été inévitable. Michel a travaillé avec les deux parties et ils ont trouvé des solutions ensemble.

 « Je suis ravi et satisfait d’apporter ma contribution dans l’amélioration du Fiarahamonina (vivre ensembe) local ici à Antenina » souligne Michel. En effet, dans le cas exposé, une entente a pu être conclue et signée entre les deux propriétaires : une compensation pour les cultures détruites et le respect des parcelles de chacun des propriétaires.
Aujourd’hui, nos deux voisins sont revenus en de très bon termes, faisant de Michel l’expert en gestion de conflit dont la renommée a largement dépassé les limites de son village. Souvent appelé ailleurs pour résoudre des cas similaires, ses techniques seront certainement sollicitées en cas de flagrant délit de charbonnage ou des conflits dans la gestion durable des mangroves.

« Je serai toujours prêt à partager le peu que j’ai pour le bien de ma communauté, mais espérons que les conflits n’existeront pas toujours pour autant » at-il conclu, plus positif que jamais.
 
Michel Ramadany