Les espèces prioritaires | WWF

What would you like to search for?

Les espèces prioritaires

Le WWF Madagascar concentre son travail sur un certain nombre d'espèces clés présentes dans toute l'île.

Tortues marines

La Tortue verte (Chelonia mydas)

La tortue verte est l’une des plus grandes tortues marines. Elle vit dans les eaux tropicales et subtropicales. C’est l’unique espèce de tortue marine herbivore. En se nourrissant des herbiers marins, elle maintient la santé des fonds marins et fournit de la nourriture aux petits poissons. En danger d'extinction, a tortue verte est menacée par la collecte excessive de ses oeufs, la chasse, la capture accidentelle dans les filets de pêche et la perte de ses sites de nidification.

La Tortue imbriquée (Eretmochelys imbricata)

La tortue imbriquée est une espèce gravement menacée qui vit dans les océans tropicaux. Elle est réputée pour sa belle carapace marbrée jaune et marron, ce qui en fait une cible de choix pour le trafic illégal. Elle est cruciale pour la prospérité de l’écosystème marin. Elle permet libère de l’espace pour la multiplication des coraux lorsqu’elle déloge les éponges de la surface des récifs.

Espèces contaminées par l'empreinte écologique

Le Thon (Katsuwonus pelamis, Thunnus albacares)

Ce poisson brillant est tellement présent dans nos cuisines qu’il est facile d’oublier que la surpêche est une menace réelle à sa survie. Les nombreuses espèces de thon, dont certaines sont menacées et en voie de disparition, sont des piliers de l’alimentation mondiale. Environ 19% des thons dans le monde proviennent de l’Océan Indien, qui est la deuxième plus grande zone de pêche au thon après le Pacifique occidental et central.

La Crevette

La pêche à la crevette génère des revenus pour des milliers de pêcheurs dans l’Océan Indien et le secteur jouit de l’exportation lucrative de crevettes en Europe et au Japon. Cependant, la pêche industrielle à la crevette de Madagascar est actuellement en crise, avec une baisse importante des captures au cours des dix dernières années en raison de la surpêche et de la faible règlementation de l’industrie.

Les oiseaux aquatiques endémiques dans les mangroves et les lacs

Le Pluvier à bandeau noir (Charadrius thoracicus)

C’est un petit oiseau monogame qui vit dans les zones humides sur les côtes ouest et sud de Madagascar. Il est extrêmement sélectif sur ses choix de nidification et de reproduction. Son taux de fertilité a donc diminué à cause de la déforestation continue des mangroves, son habitat principal. Les jeunes Pluviers ont également un taux de survie très faible, ce qui a aggravé la perte de sa population au cours de ces dernières années.

L’Aigle pêcheur de Madagascar (Haliaeetus vociferoïdes)

L’aigle pêcheur de Madagascar, en danger critique d’extinction, vit uniquement sur la côte ouest du pays. Le taux de croissance de sa population est très lent. Il n’y a généralement que deux œufs dans un nid réussi. Seul un aiglon survit jusqu’à maturité dans le meilleur des cas en raison de la prévalence du caïnisme. Actuellement, on estime la population à environ 100 couples.

Tortue terrestre endémique du sud-ouest

La Tortue radiée (Astrochelys radiata)

La tortue radiée est une espèce en danger critique d’extinction, endémique de la forêt sèche au sud de Madagascar. Sa magnifique carapace est ornée de dessins « rayonnés ». En raison du manque d’opportunités économiques dans la région, le braconnage de la tortue pour le commerce illégal international s’est généralisé.

Lémuriens endémiques dans des paysages prioritaires

Le Propithèque soyeux (Propithecus candidus)

Le Propithèque soyeux est un lémurien en danger critique d’extinction qui vit dans les forêts humides du nord-est de Madagascar. Il est surtout connu pour sa fourrure blanche comme neige, qui contraste nettement avec son visage sombre et ses curieux yeux jaunes. On soupçonne qu’il n’en reste que 300 à 2000 individus (Patel, 2014). La déforestation et la chasse plongent cette espèce encore plus près de l’extinction.

Le Maki catta (Lémur Catta)

L’iconique Lémur catta est connu pour son extrême adaptabilité. On le trouve dans les régions les plus chaudes et les plus froides de Madagascar. La déforestation décime son habitat de prédilection dans les forêts épineuses du Sud. C’est le primate le plus commun en captivité, mais sa population dans la nature est menacée par la chasse, la domestication et la perte d’habitat.

QUE POUVEZ-VOUS FAIRE?

AGISSEZ MAINTENANT!