Justice rendue pour l’aire protégée Menabe Antimena | WWF

What would you like to search for?

Nos Nouvelles

Justice rendue pour l’aire protégée Menabe Antimena

Le verdict est tombé. Les accusés ont écopé de 1 à 2 ans de prison ferme.

Sur décision du tribunal de Morondava, cinq personnes, deux femmes et trois hommes, ont été emprisonnées suite aux actes de défrichements constatés dans l’aire protégée Menabe Antimena.

Pour rappel, huit personnes ont été arrêtées pour des cas de défrichement sauvage de la forêt en décembre. Ces arrestations sont le fruit de plusieurs semaines de ratissage effectué par différentes équipes de la direction régionale de l’Environnement, de l’Ecologie et des Forêts, les forces de l’ordre (la gendarmerie et les militaires) et les gestionnaires de l’aire protégée.

Une coalition au niveau régional composée d’acteurs environnementaux dont Fanamby, Durrell, CNFEREF, MNP, USAID Mikajy, KEW - KMCC et WWF, avec les autorités locales ainsi que la plateforme régionale des organisations des sociétés civiles – FIVE Menabe, travaille depuis trois ans pour sauver la forêt sèche de Menabe Antimena. Les constats sont accablants. Sur une période de huit jours, près de 800 hectares de terrains ont été défrichés au coeur de l’aire protégée. Dans les zones d’Ankaraobato, d’Ankaobe et Kirindy, les défricheurs détenaient même un pistolet de fabrication artisanale et un zébu sans papier pour n’en citer que ceux-là.

L’engagement des communautés locales a également permis de renforcer les contrôles, les patrouilles et les sensibilisations prévues en 2019. De nouvelles recrues rejoindront les rangs des équipes d’intervention cette année pour poursuivre les opérations de ratissage.
 
Les communautés locales s'allient pour les aires protégées.
Les communautés locales s'allient pour les aires protégées.