Appliquez la loi sur les trafiquants de tortues !! | WWF

What would you like to search for?

Nos Nouvelles

Appliquez la loi sur les trafiquants de tortues !!

Depuis l’affaire de la saisie des 10.000 tortues à Betsinjaka, Tuléar, le 25 octobre dernier, les trafiquants ont fait appel de leur jugement de 6 ans d'emprisonnement ferme et 100 millions Ar d'amende.

Leur procès en appel a eu lieu ce mercredi 24 avril 2019, au tribunal de première instance de Toliara. Notre combat ne cessera que lorsque justice sera faite et que tribunal confirme cette peine historique à leur encontre ! 
 
Pour rappel, trois trafiquants de tortues dont une femme ont été arrêtés par les forces de l'ordre en avril 2018 avec 10.072 tortues radiées dans une maison à Betsinjaka, dans le district de Toliara II, dans la Région Atsimo-Andrefana.
 
Cette saisie est sans précédente et l’affaire a attiré l’attention du monde entier sur l’exploitation illégale des ressources naturelles et du trafic des espèces, en particulier les tortues, à Madagascar. Il est évident qu’une collecte d’une telle envergure nécessitait une organisation planifiée et des moyens humains et logistiques conséquents – laissant fortement à penser qu’elle a été mise en œuvre par un réseau mafieux organisé.
 
Après deux procès et un premier jugement en octobre 2018, les trafiquants ont donc fait appel. Ce 24 avril 2019, le tribunal a refusé la liberté provisoire pour les trois trafiquants de tortues. La cour d'appel rendra son verdict sur cette affaire le 22 mai 2019 prochain. À partir de cette date, accusés et partie civile auront 3 jours pour renvoyer ce jugement d'appel en cour de cassation.
 
Une fois encore, les organisations de conservation de la nature, WWF, Durrell et Turtle Survival Alliance (TSA) en appellent aux autorités compétentes pour que :
 
  • Les détenteurs illégaux des animaux trafiqués ne soient pas relâchés selon la loi N° 2005‑018 du 17 octobre 2005 ;
  • L’enquête concernant ce dossier soit poursuivie afin que tous les membres du réseau du trafic, allant des commettants jusqu’aux cerveaux, en passant par tous les complices du crime en question, soient jugés en application de la loi CITES et de celles des autres lois y afférentes.