Une solution ? Les mangroves

Posted on 08 juillet 2021
 kere dans le sud de Madagascar, dôme de chaleur en Amérique du Nord en juin,  2020, une des années les plus chaudes jamais enregistrées...  Le monde fait face à une manifestation du changement climatique de plus en plus importante et le GIEC (Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat)  vient récemment d’affirmer dans une étude que les impacts du dérèglement climatique vont s’accélérer et devenir palpables bien avant 2050. L’engagement des pays du monde de maintenir l’élévation de la température moyenne à 2°C n’est plus suffisant pour se protéger du changement climatique. Ses impacts sont la dégradation des différents écosystèmes côtiers : perte des habitats marins, érosion et dégradation des côtes, réchauffement des océans, … En conséquence, les services fournis par les écosystèmes sont menacés.

Que faire alors ? Poursuivre les actions qui marchent car il n’y a pas de solution miracle. Il faut des actions combinées.

Les mangroves peuvent stocker 3 à 5 fois plus de carbone que les forêts terrestres. Elles atténuent donc l’émission de gaz à effet de serre, responsable du changement climatique. C’est la fonction éco systémique des mangroves, et elle marche. La conservation durable et la restauration des mangroves est alors une des solutions les plus efficaces.  WWF et les communautés locales des régions Diana et Menabe ont réalisé plus de 128 hectares de reboisement de mangroves en 2020.

En ce qui concerne la résilience des populations mondiales face aux conséquences du changement climatique,  les mangroves continuent à être une solution qui marche. Un kilomètre carré de mangroves peut produire jusqu’à 2,5 tonnes de crabe en respectant les mesures de conservation durable des mangroves et une filière crabe durable.  3000 espèces de poissons vivent dans les mangroves. Il y aurait plus de 2000 attractions touristiques liées aux mangroves dans le monde. D’ailleurs, en 2017 un village pêcheur près de Morondava décide de lancer un écotourisme communautaire au cœur duquel se trouvent les mangroves, principal attrait touristique.
Conscients de l’importance des mangroves, en tant que solution naturelle et pour l’économie, le gouvernement, à travers le MEDD et le MAEP, appuyés par les organismes de conservation dont WWF mettent en place une commission nationale de gestion intégrée des mangroves en 2016. S’en suit, la création d’un Comité Ad Hoc de supervision de l’élaboration de la Stratégie Nationale de Gestion intégrée de l’Ecosystème de Mangrove à Madagascar (CSSM).

Aujourd’hui, ces différents acteurs se réunissent encore pour organiser ensemble une journée internationale des mangroves 2021 mémorable. Mais au-delà de la célébration, cette dynamique devrait inciter les parties prenantes à appliquer effectivement ces différents outils de gestion. Par-dessus tout, il est grand temps de finaliser l’élaboration de la stratégie nationale de gestion des mangroves, sur laquelle repose les solutions. Ensuite, il faudra traduire cette stratégie et ces engagements en action. Puis, commencer  à restaurer effectivement les mangroves perdus et dégradés de Madagascar, appuyer les communautés qui - nuit et jour - protègent et gèrent les mangroves. Enfin, prouver au reste du monde que nous détenons une des solutions efficaces pour éviter les effets dévastateurs du changement climatique…