Kamado sur commande, Kamado à domicile ! | WWF

What would you like to search for?

Our News

Kamado sur commande, Kamado à domicile !

Le Kamado a été vulgarisé par WWF dans les villages des mangroves du delta de Tsiribihina.

Dès qu’elles sont informées qu’une nouvelle famille voudrait avoir un foyer écolo Kamado chez elle, les femmes se rendent sur place pour fabriquer et installer un Kamado. Elles sont adhérentes à l’une des huit associations de femmes dans les villages autour des mangroves du delta du Tsiribihina.  
 
Le Kamado est un foyer traditionnel japonais écolo et efficace. Il réduit au tiers la consommation de bois par rapport au foyer traditionnel, d’après des enquêtes du WWF et l’ONG Saragna en 2015. Il fonctionne avec du bois de chauffe, nécessitant moins d’arbres que la production de charbon. Une bouffée d’air frais pour les mangroves de Tsiribihina, pour lesquelles la coupe pour le bois de chauffe et la production de charbon sont les principales pressions.
 
Introduit à Madagascar par la coopération japonaise en 2013, il est très facile à fabriquer à partir de matériaux simples et faciles à trouver en brousse : argile, terre rouge, cendre, paille et eau.
 
Grâce à la simplicité de sa fabrication et son coût de production très bas ou même inexistant, il a été vulgarisé par WWF dans les villages des mangroves du delta de Tsiribihina, à la côte ouest de Madagascar. Et ce sont les huit associations de femmes des villages riverains qui sont devenues les leaders de sa promotion sur place. Les mangroves de Tsiribihina sont des zones humides déclarées d’importance internationale par la convention Ramsar en 2017.
 
À ce jour, 172 foyers Kamado ont été fabriqués à domicile depuis 2016 par ces femmes dans les cuisines de 135 ménages du delta de Tsiribihina. Ces foyers assurent la cuisson écolo du repas de plus de 600 personnes au quotidien.
 
« Ces femmes ont vraiment pris conscience de l’importance de la relation entre leur environnement et leur vie quotidienne », explique Joséphine Ravaoarisoa de l’ONG Fanoitra, qui accompagne cette initiative des femmes. Ainsi, les femmes n’amènent pas simplement une solution plus économique de cuisson pour les familles, mais aussi un alternative plus soutenable envers les mangroves, dont ces populations dépendent.