Un pacte mondial pour sauver la Terre | WWF

Un pacte mondial pour sauver la Terre

Posted on 07 mai 2019
Un pacte mondial pour sauver la Terre
© WWF Madagascar
Ce pacte mondial pour la Nature, ou « Global Deal for Nature » va de pair avec l’accord de Paris de 2015 sur le climat mais présente des objectifs plus spécifiques.

Il met en avant le lien étroit entre climat et biodiversité, en affirmant que tout dépassement de plus de 1,5°C de la hausse de la température mondiale entraînerait la disparition irréversible d’espèces (nous parlons de la sixième extinction de masse), d’une surexposition à la chaleur pour 420 millions de personnes, de sècheresses fréquentes, etc... Et réciproquement, tant que nous n’arriverons pas à arrêter la destruction des forêts et des habitats, rester en dessous du seuil de 1,5°C semble irréalisable.

Pour rappel, le Rapport Planète Vivante 2018 du WWF montre clairement qu’au niveau mondial, la Nature continue à se dégrader, avec des conséquences dévastatrices pour les espèces sauvages et la planète. Les populations mondiales de poissons, d'oiseaux, de mammifères, d'amphibiens et de reptiles ont diminué de 60 % en moyenne entre 1970 et 2014. Si des actions concrètes ne sont pas entreprises maintenant, nous risquons de tout perdre !

Le nouveau pacte pour la Nature recommande de : 
  • ralentir et arrêter le défrichage des habitats naturels intacts pour l'agriculture,
  • préconiser l’exploitation des terres dégradées au lieux de celles cultivées et mettre l'accent sur la réduction du gaspillage alimentaire;
  • mettre en place des approches proactives pour régir les projets de développement des routes, des barrages et de l'énergie ; 
  • gérer la pêche en fonction d'objectifs scientifiques ; et de réduire la pollution plastique et chimique, qui nuit à l'air, à l'eau, au sol et aux espèces dont nous dépendons.
Le WWF soutient fermement l'appel en faveur de ce nouveau pacte pour la Nature et les Hommes. La mise en place et la réalisation de cet accord nécessitent un financement à une hauteur de 100 milliards de dollars par an. Oui, sauver la Nature coûte cher, mais perdre notre planète n’a aucun prix. Les objectifs sont bel et bien fixés, la route tracée. En cette journée mondiale des espèces menacées du 17 mai, engageons-nous à renverser ensemble la courbe de la dégradation de la Nature.
 
Un pacte mondial pour sauver la Terre
© WWF Madagascar Enlarge