What would you like to search for?

Nos Nouvelles

Madagascar s'engage à tripler la superficie de ses aires protégées

Malagasy President Marc Ravalomanana announced that 5 millions hectares of protected areas will be added to the actual network.

Dans une ferme volonté de renforcer la conservation de la biodiversité, le Président de la République de Madagascar, Marc Ravalomanana, s’est engagé à tripler la superficie des Aires Protégées de la Grande Ile, en y incluant 5 nouveaux millions d’hectares dans les 5 années à venir. Ce faisant, ce sont les deux tiers des forêts naturelles restantes du pays qui sont ainsi mises sous protection formelle. Cette initiative est reconnue comme un "Don à la Terre" par le WWF La biodiversité de Madagascar est extrêmement riche et variée,s’étendant sur des superficies relativement restreintes en raison de son isolement géographique et de son climat. De ce fait, cette extension de la superficie des Aires Protégées constitue un énorme acquis pour la conservation.Elle supposera différentes approches allant des petits sites pour la protection d’habitats ou d’espèces rares aux grands blocs forestiers pour le maintien des processus génétiques ou la migration de la faune. La création et le développement des Aires Protégées se fera en étroite collaboration avec les communautés locales qui en seront les premiers bénéficiaires à travers le développement de l’écotourisme et les effets induits tels que la création d’emplois et le financement des projets de développement.Les nouvelles Aires Protégées permettront également de conserver des sites sacrés tout en préservant des ressources vitales telles que l’eau, les produits alimentaires naturels ou les matériaux de construction. Dans ce processus, la mobilisation des sources de financements doit être d’ores et déjà une priorité.Il s’agit d’une initiative tout à fait nouvelle menée conjointement par l’Etat malgache et les communautés locales,en coopération avec les organisations internationales et nationales oeuvrant dans la conservation. Cette décision est une réponse très forte de la part d’un pays dont la biodiversité, l’une des plus uniques et des plus fascinantes du monde, subit une forêts naturelles de Madagascar ont déjà disparu et, chaque année, la Grande Ile continue de perdre 200 000 ha de forêts. La survie de la grande majorité de la population dépend des ressources naturelles provenant de la forêt, des écosystèmes d’eau douce et du milieu marin aussi il est urgent d’assurer une protection de ce qui subsiste pour maintenir à la fois la valeur de la biodiversité et la productivité. A Madagascar, où quatre personnes sur cinq vivent avec moins de 1 US Dollar par jour,les opportunités économiques sont vitales,d’autant que, dans sa grande majorité, la population dépend des ressources offertes par la nature. Le tourisme est l’un des grands secteurs pourvoyeurs d’emplois à Madagascar.Le réseau d’Aires Protégées est non seulement la base de l’économie générée par le tourisme mais aussi un élément de dynamique du développement rural.L’extension du réseau d’Aires Protégées devrait assurer un essor de l’écotourisme et, par delà,la création d’emplois tout en renforçant la protection de la biodiversité et le maintien des processus écologiques. Face à la perte de la biodiversité et à la difficulté d’accès aux produits de la forêt, des rivières et du milieu marin,le Gouvernement malgache et les communautés locales coopèrent avec des organisations internationales telles que le WWF,Conservation Internationale,WCS ou des ONGs nationales comme Fanamby et MICET,pour identifier des sites de conservation et une vingtaine a déjà été répertoriée à l’heure actuelle. Le WWF travaillera avec le Gouvernement malgache et d’autres partenaires pour mobiliser les ressources financières et techniques nécessaires à la réalisation des objectifs de cette initiative ambitieuse:la création d’un réseau d’Aires Protégées représentatif et bien géré.Le financement sera assuré à travers la Fondation pour la Biodiversité et les Aires Protégées de Madagascar,une institution qui vise à réunir des fonds de l’ordre de 50 millions de USD durant les cinq prochaines années. contact : Jean-Paul Paddack WWF Madagascar & West Indian Ocean Programme Offfice E-mail: jppaddack@wwf.mg