5 choses à savoir sur le reboisement | WWF

What would you like to search for?

Nos Nouvelles

5 choses à savoir sur le reboisement

A quelle période faire le reboisement ?
Pendant la saison des pluies. A Madagascar, les campagnes de reboisement commencent généralement à partir du mois de novembre. Et il ne faudrait pas aller au-delà du mois de mars car les pluies ne sont plus aussi abondantes. Cependant, cette année, les pluies ont tardé à cause de différents facteurs dont le changement climatique
 
Quelles sont les finalités du reboisement ?
Le reboisement pour la restauration écologique  vise à reconstituer les forêts qui existaient à un tel endroit, mais ont disparues ou sont dégradées.  Ce reboisement consiste à  planter la même espèce qui y existait.
Le reboisement de production ou d’exploitation consiste à planter des arbres qui serviront à quelque chose en particulier ; des arbres utiles pour les besoins des êtres humains : bois énergie : charbon, bois d’œuvre : matériaux de construction par exemple.  C’est d’ailleurs pour la production que la plupart des forêts naturelles de Madagascar a été détruite.
Nous pouvons aussi reboiser pour les services sociaux : dans le village écotouristique Kivalo (à 12km à vol d’oiseau de Morondava), la communauté a planté  56 hectares de mangroves entre 2014 et 2020 parce que les forêts de mangroves sont le principal atout touristique du village ; le reboisement a donc rapporté un revenu aux communautés. 

Qu’est-ce qu’une zone de reboisement et où devons-nous reboiser ?
Chaque personne est libre de reboiser sur son terrain. Pour l’Etat Malagasy qui, avec ses partenaires ont l’ambition de reverdir Madagascar, il existe des zones de reboisement spécifiques. Une Zone Délimitées pour l’Action en Faveur de l’Arbre (ZODAFARB)  est un programme de transfert de terrain de l’Etat aux  communautés locales ou reboiseurs pour que ces derniers s’engagent à  reboiser les terrains. En contrepartie, ils s’engagent à en faire le suivi et l’entretien. Dans l’intérêt général, les boisements de la ZODAFARB sont soumis à des restrictions comme l’interdiction de défrichement sans autorisation. Depuis 2016, WWF a pu reboiser 5 hectares de terrain à raison de 1 hectare par an dans la ZODAFARB d’Ampangabe. Les arbres plantés en 2016 mesurent maintenant près de 2m. 
 
Quelles sont les conditions de réussite d’un reboisement ?
Avant tout, il faut savoir pour quel usage fait-on le reboisement ? Cela aide à choisir  le terrain idéal et les jeunes plants. Ces derniers doivent avoir mesuré 30 cm de hauteur, et doivent être issus d’une pépinière près du site de reboisement pour ne pas l’abîmer pendant le déplacement.
Pour permettre à l’arbre de bien pousser, creuser un trou de 40 cm3 pour un arbre de taille moyenne et un trou de 1 m3 pour un arbre fruitier.  Après la mise en terre l’étape du sarclage assure également que le plant grandisse. Les avantages du sarclage sont : les mauvaises herbes ne peuvent pas étouffer les racines du jeune arbre, une meilleure pénétration de l’eau dans le sol,  évite que les animaux viennent brouter la plante. Enfin, il faut installer un pare-feu pour sécuriser les arbres des feux de brousse.  Il faut aussi une pluie assez conséquente pour faire grandir les jeunes plants, c’est pourquoi il faut planter pendant la saison des pluies.  

Quels services fournissent les forêts ?
Les forêts offrent des services d’approvisionnement : en plantes médicinales, fruits, bois de service. Elles fournissent aussi des services de régulation par la séquestration de carbone, la purification d’eau, la décomposition de déchets et la protection des sols. Les forêts soutiennent la production par la dispersion de graines et la formation de sols fertiles.  Dans l‘agroforesterie, les arbres sont associés aux cultures sur une même parcelle. Les racines des arbres enfoncées dans les couches profondes du sol favorisent l’alimentation en eau et minéraux pour les cultures de la parcelle. Les feuilles des arbres qui tombent sur le sol rendent aussi le sol beaucoup plus fertile. Par la même occasion, les arbres et les cultures deviennent des habitats pour une diversité d’espèces comme les insectes.