What would you like to search for?

Nos Nouvelles

Madagascar, frappé par la famine, naufragé dans la tempête de l'inaction climatique

Terres desséchées et rares fourrés d'épineux étendus sur des kilomètres sous l'effet des rafales de vent rouge ou "tiomena".

Tout ce qu'on peut voir est recouvert de poussière dû aux tempêtes sèches  - cela ne rend pas justice à la pellicule boueuse qui était autrefois la précieuse couche de terre arable qui nourrissait les champs de maïs dans le sud de Madagascar.

Les tempêtes de sable, associées à une diminution drastique des précipitations au cours des trois dernières années, ont anéanti tout espoir de récolte. Le changement climatique est réel pour les habitants de cette région. Les journées plus chaudes et plus sèches érodent le sol, rendant les cultures plus difficiles. Où que l'on jette le regard, on voit la faim menacer - dans les rizières transformées en terrains vagues, le bétail et les cactus étouffés et, ce le plus déchirant, les yeux anxieux des parents qui cherchent à nourrir leur famille. Beaucoup en sont réduits à manger des insectes, ainsi qu'un mélange d'argile et de jus de tamarin, pour simplement rester en vie. Plus la crise humanitaire s'aggrave, plus l'impact sur la biodiversité de la région se fait sentir.

Le WWF Madagascar a observé des carences nutritionnelles chez des individus de lémur catta (Lemur catta) dans la région voisine d'Atsimo-Andrefana, en raison du manque de nourriture et de la rareté de l'eau. Des vagues de réfugiés climatiques, fuyant le sud frappé par la sécheresse, n'ont d'autre choix que de brûler les forêts naturelles dans les zones protégées plus au nord ou de s'installer le long de la côte ouest pour vivre de la pêche illégale. La nature, plus que jamais, s'avère être le seul filet de sécurité pour ces personnes en temps de crise.

En 21 ans, il s'agit au moins de la quatrième famine et sécheresse à laquelle notre pays est confronté, car nous sommes pris dans l'œil du cyclone déclenché par le changement climatique et l'absence totale d'action dans ce domaine.

La hausse des températures atmosphériques, combinée à la montée et au réchauffement des mers, menace notre pays insulaire, ses habitants et sa biodiversité unique. Il y a 30 ans, les sécheresses étaient un phénomène unique, mais aujourd'hui, elles font partie intégrante de notre vie. Dans la région méridionale de l'île, déjà semi-aride, la température moyenne devrait augmenter de 2,5°C à 3,5°C d'ici 2100 sans une forte diminution des émissions mondiales de gaz à effet de serre.

Alors même que certains d'entre nous, dans le sud, sont en proie à une chaleur étouffante, l'eau qui devrait normalement guérir et rajeunir n'est pas sans danger. L'augmentation de la température des océans a entraîné l'apparition de cyclones plus violents qui provoquent des inondations plus au nord du pays, ainsi que des cycles El Niño plus fréquents, qui prolongent les périodes de sécheresse et les tempêtes de sable mortelles de la tiomène. Et dans cette tempête parfaite, même la mer n'est pas épargnée. Le sud de Madagascar abrite en partie le troisième plus grand système de récifs coralliens du monde, malheureusement menacé par l'augmentation de la température moyenne de la mer qui blanchit le corail.

En tant que pays insulaire en développement, nous avons déjà connu les difficultés et la faim. D'autre part, nous avons aussi connu la résilience. Mais cette fois, ce n'est pas seulement la pauvreté ou les crises politiques qui nous infligent cette souffrance, à nous et à nos enfants. C'est aussi, et dans une large mesure, le changement climatique provoqué par l'homme. Et cela est inacceptable.

Savoir que nous sommes dans cette situation à cause de l'incapacité du monde à faire face de manière adéquate à la crise climatique - et parce que, pendant des années, le gouvernement malgache n'a pas réussi à planifier et à se préparer de manière adéquate aux impacts du changement climatique - me remplit de douleur et de colère. Le monde doit se réveiller aux dangers du "business as usual". Sécheresse et famine à Madagascar, inondations en Allemagne et en Chine, feux de forêt en Amérique, en Turquie, en Grèce et en Italie - autant de vies, de communautés et d'habitats naturels détruits. Il n'est pas nécessaire qu'il en soit ainsi. Nous avons aujourd'hui l'occasion de saisir l'opportunité qui nous est offerte, puisque les pays doivent soumettre aux Nations unies, d'ici novembre, leurs plans et objectifs nationaux révisés en matière de climat, couvrant la prochaine décennie. Ceux-ci doivent être conformes à l'objectif de 1,5°C.

Le secrétaire général des Nations unies, Antonio Guterres, a récemment déclaré que "limiter la hausse de la température mondiale est une question de survie pour les pays vulnérables sur le plan climatique". Les progrès de la science nous ont permis de bien mieux comprendre l'attribution des phénomènes météorologiques extrêmes au changement climatique. Ce devrait être l'un des principaux messages du dernier rapport du Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat, intitulé "Climate Change 2021 : The Physical Science, dont la publication est prévue le 9 août.

Andranovory est une commune qui a été relativement épargnée par la sécheresse, l'eau y est vendue en bidon de 20 litres pour 800 Ariary (21 centimes d'euros). 75% de la population malgache vit avec moins de deux dollars par jour. Pour beaucoup de personnes dans le sud, cultiver des plantes semble être une fantaisie farfelue. Les gens ont l'impression d'être à court de temps et de choix, mais ce n'est pas le cas. Nous pouvons encore déterminer ce que l'avenir nous réserve, si nous agissons aujourd'hui.

Nous devons nous attaquer à la crise climatique mondiale, en commençant par réduire les combustibles fossiles et passer aux énergies renouvelables, en réparant le système alimentaire et en protégeant et en restaurant la nature dont nous dépendons tous. Les défis du réchauffement climatique et de la perte de la nature sont liés - et leurs solutions le sont également. Parallèlement à la transformation de nos systèmes énergétiques, terrestres, urbains et industriels, les solutions fondées sur la nature peuvent jouer un rôle clé dans la résolution de ces deux crises du climat et de la nature. Si nous nourrissons la nature, nous pouvons nourrir les gens. Il est temps d'agir sur la crise climatique.
Par Nanie Ratsifandrihamanana, Directeur pays - WWF Madagascar