What would you like to search for?

Pour la restauration des écosystèmes de Madagascar

Ce samedi 5 juin, nous célébrerons la Journée Mondiale de l’Environnement sous le thème de la « Restauration des Écosystèmes ». Une journée qui nous rappelle qu’il est important de revoir notre relation avec la nature et l’urgence d’agir pour notre planète.

Les écosystèmes de Madagascar sont mis à rude épreuve depuis des années.

Nos océans font face à une pression sans précédent dû à la surpêche, la pollution, le changement climatique, etc.
Durant ce mois de la nature, restaurons les écosystèmes en plantant des arbres, verdir nos villes, réaménager les jardins, changer les régimes alimentaires ou assainir les fleuves et les côtes.
 

Madagascar National Parks agit pour accroître la résilience des écosystèmes

La restauration des écosystèmes figure parmi les priorités de Madagascar National Parks en étant un moyen de la conservation de la biodiversité et de subsistances durables pour les communautés riveraines des aires protégées.
 
De 2018 à 2020, 12.000 ha de forêts et de mangroves dégradées sont sous restauration grâce à la collaboration de Madagascar National Parks avec toutes les parties prenantes au niveau local, régional et national. A l’image des « Forêts Humides de l’Atsinanana », site du patrimoine mondial de l’UNESCO où un effort collectif international et national a été conjugué, avec les communautés locales comme acteurs clés. Du Parc National Masoala, en passant par Ranomafana jusqu’à Andohahela, le projet mobilise près d’un millier d’hommes et de femmes des zones locales. Formées sur les techniques de production de plants et de restaurations, elles ont pu aussi partager leurs connaissances traditionnelles et seront à même de participer dans le long terme à d’autres futures activités de réhabilitation forestière. La rémunération de leurs participations contribue à atténuer les impacts socio-économiques de la pandémie du COVID-19 au niveau de leurs ménages. Près de 500ha sont prévus être sous restauration d’ici fin 2021, avec une forte potentialité de mise à échelle sur l’écorégion des forêts humides de l’Est, et ainsi continuer à assurer la fourniture de services écosystémiques. A l’exemple du Parc National Ranomafana qui contribue à 230$/ha/an au service écosystémique au niveau de son paysage.
 
Madagascar National Parks
 

Restaurer les récifs coralliens pour renforcer leur résilience et assurer l’approvisionnement en produits halieutiques

Les récifs coralliens sont très importants pour la vie marine. A part leurs rôles écologiques et socio-économiques tels que la purification de l’air par photosynthèse ou la protection des côtes contre les vagues, ils sont également des zones de nurserie et d’habitat pour diverses espèces halieutiques et une attraction touristique. Pourtant, ils sont menacés par la surpêche entrainant le déséquilibre entre poissons herbivores et carnivores, l’utilisation d’engins de pêche non sélectifs, la pollution, le prélèvement des coraux et le changement climatique.

Pour leur permettre d’assurer leurs rôles, WCS avec les communautés riveraines des zones d’intervention mènent des activités de restauration passive à travers la mise en place des différents zonages des aires marines (aires marines protégées / AMP et les Locally Managed Marine Areas/LMMA) combinées avec la promotion de la pêche durable et l’interdiction des prélèvements ou retournements des coraux. Le suivi de ces mesures, assuré par les patrouilleurs, a donc pu démontrer que les récifs au niveau des sites ont présenté une forte résilience, avec un taux de mortalité de 1,6% pour l’AMP Ankivonjy après le phénomène de blanchissement de 2016. Quant à la capture, le taux était de 3,20kg de poissons par pêcheur par jour en 2016 contre 5,65 kg en 2019.
WCS Madagascar
 

Quand les communautés régénèrent les écosystèmes

Fanamby, une association à but non-lucratif, se focalise sur la collaboration avec les communautés locales pour la conservation de la biodiversité depuis 1997. Toutefois, elle réalise que seule une approche holistique, réduisant l’inégalité sociale peut répondre au besoin de la résilience sociale afin de préserver la diversité biologique et les services écosystémiques qui en découlent. C’est dans cette optique que sont nées les entreprises sociales favorisant le développement économique local et régional à Fénerive Est, dans la Région SAVA ou encore la Région DIANA. Les entrepreneurs locaux, une fois structurés et formés, peuvent répondre à des marchés plus intéressants avec une valeur ajoutée favorable directement à la région et aux producteurs locaux. Ces derniers participent ensuite à la mise en place d’infrastructures scolaires ou sanitaire dans leur région, améliorant ainsi le niveau de vie des zones souvent difficiles d’accès. Les communautés fortes, capables de gérer leur propre développement, ont une meilleure compréhension des enjeux environnementaux et participent fortement à la restauration des écosystèmes et des paysages ravagés par les feux et les défrichements.

Avec cette approche s’ajoute une vingtaine de pépinières dans 5 régions ayant permis la restauration de 1.482,95 hectares en deux ans, dont 107,5 hectares de restauration forestière active. Les reboisements actifs continuent de manière permanente dans tous les sites tant que les actions illicites continuent. Les acteurs locaux continuent également de travailler d’arrache-pied pour assurer la survie de ces jeunes pousses.

En bref, la restauration des écosystèmes se présente souvent sous plusieurs visages. Et nous restons convaincus que le meilleur moyen de sauvegarder les écosystèmes est de laisser la nature faire son œuvre.
ONG Fanamby