“Ho rakotra ala i Madagasikara” | WWF

What would you like to search for?

“Ho rakotra ala i Madagasikara”

Les besoins en terres cultivables, la migration, l’accroissement démographique, les demandes en produits forestiers, et d’autres facteurs de déforestation font que les forêts ne représentent plus que le quart du territoire malgache.

Selon Global Forest Watch, la Grande Île a perdu plus de 3,63 millions d’hectares depuis l’an 2000.
Face à cette situation alarmante, le WWF adhère à la vision de l’état de « reverdir » Madagascar, et salue le leadership du gouvernement dans son objectif ambitieux de reboisement et de restauration, fixé à 40 000 ha par an. La vision de reverdir Madagascar est un levier de mobilisation nationale et citoyenne sans précédent, et nous avons besoin d’un reboisement à l’échelle, efficace et durable.  

Lors de l’ouverture de la campagne nationale de reboisement en début d’année, plus de 300 000 jeunes plants ont été mis en terre à Marofandilia, une commune rurale du district de Morondava dans la région Menabe, mobilisant 1500 personnes. Dans la Région Diana, l’ouverture de la campagne de reboisement à Sakaramy, district d’Antsiranana 2, a mobilisé plus de 1000 citoyens. Dans l’Atsimo Andrefana, environ 2000 personnes se sont donné rendez-vous à la station forestière de Sakaraha. Toutes ces actions ont été conduites par les DREEDs et les Régions.

Le reboisement n’est pas seulement une question de rassemblement de masse. C’est un processus continu mené par des hommes et des femmes dont l’engagement pour la nature n’est pas souvent rapporté aux journaux lors des heures de grande écoute. Il s’agit des communautés gestionnaires de ressources naturelles qui vivent souvent en brousse, autour des aires protégées, réserves et parcs naturels de Madagascar. En 2019 par exemple, les communautés locales ont reboisé plus de 630 ha dont 606 ha de mangroves et 24,3 ha à vocation bois-énergie dans la Région Diana. Dans les Hautes Terres du Nord, les chiffres s’élèvent à 15 ha de restauration passive. Dans le Menabe, les communautés et leurs partenaires ont reboisé près de 47 ha de terres et 100 ha de mangroves. Pour le Melaky, les efforts de restauration des mangroves ont atteint 210 ha.  
Dans l’Atsimo Andrefana, comme ailleurs, les communautés ne font pas que planter des arbres, elles restaurent aussi les forêts dégradées, font de l’agroforesterie et diversifient les espèces. L’aire protégée Amoron’i Onilahy et ses communautés ont planté 28 ha d’arbres autochtones pour restaurer la forêt dégradée. Ils ont également mis en terre 150 ha de ricin pour en vendre l’huile. Dans le district de Betioky, plus de 9 000 arbres fruitiers ont été plantés.

Main dans la main, les communautés locales, les organisations de la société civile, chaque citoyen conscient reboisent et restaurent notre pays. Tous ces efforts sont à continuer dans les années à venir et le suivi de la poussée des jeunes plants est essentiel, car reverdir un pays prends du temps. Ensemble pour un Madagascar vert !

Page environnement avril 2020 - Express de Madagascar