Ho an'ny Tanindrazanay malala ! | WWF

What would you like to search for?

Nos Nouvelles

Ho an'ny Tanindrazanay malala !

Il y a 60 ans, nos aînés se sont battus pour construire une nation indépendante. Aujourd’hui, grâce à eux, nous sommes en capacité de nous déterminer et notre génération fait face à deux défis majeurs : le changement climatique et les risques environnementaux.

Les chiffres, études et articles sur le sujet nous le disent : 500 000 ménages Malagasy ont été victimes de catastrophes naturelles selon l'INSTAT sur la période juin/juillet 2019 et ce chiffre est exponentiel, en 2018 Tana était la ville la plus sale d’Afrique pour Forbes, - 4,2% du PIB d’ici 30 ans si nous continuons à déforester selon WWF, 20% des décès au niveau national sont “causés par une exposition à la pollution” pour les Nations Unies, $100 millions de dégâts sont causés par le changement climatique chaque année, etc. 

Dans le même temps, des milliers de jeunes à travers tout Madagascar s’engagent pour l’environnement et l’équité intergénérationnelle, au sein de réseau, d’association, de club. Ils et elles le font, souvent avec peu de moyens, “parce qu’il faut bien commencer quelque part”, “parce qu’il faut montrer l’exemple”, parce que “sans environnement, nous n’avons pas de futur”*. Je fais partie de ces jeunes. Et je compte bien vous emmener avec moi pour construire un futur désirable. Voilà ce que je vous propose :
 
“Nous sommes le 26 juin 2060. Nous fêtons les 100 ans d’indépendance de Madagascar, résiliente et verdoyante. Les forêts ne brûlent plus, restaurées grâce à un travail qui a commencé 40 ans plus tôt et abritent encore notre biodiversité, source de solutions à bien des maux. Notre mix en énergie renouvelable est cohérent et efficace et permet au coin les plus reculés d’avoir accès à une source d’énergie propre. Personne ne meurt à cause de la pollution de l’air. Le vita gasy, des karenjy au riz en passant par la mode, est largement distribué. Des trains parcourent toute l’île permettant à tous de se déplacer librement, facilement, voire gratuitement. Toutes les EPP sont en autonomie alimentaire, et nous enseigne la résilience, à utiliser les moindres recoins de jardin, de balcon. Chaque Malagasy a la possibilité de construire un projet de vie ambitieux pour elle/lui et ses proches. Nos mascottes, les lémuriens, ainsi que les tortues, les fossa et les chauves-souris, gambadent gaiement, sans craindre le braconnage. Le plastique - celui des bouteilles, des sachets à usage unique, des produits sur-emballés qui pourrissaient autrefois dans les décharges - est une relique de musée nous rappelant le chemin que nous avons parcouru. La population est éclairée, notamment par la bioluminescence et les low-tech. Les jeunes s’engagent sur de multiples sujets pour continuer de nous faire grandir en tant que nation, car c’est là aussi notre rôle. Nous nous sommes adaptés et sommes en mesure de promettre aux générations futures, une terre accueillante, généreuse en ressources, dans une société prônant la justice climatique et sociale : cette Terre est celle de nos ancêtres, notre patrie préservée.”

Oui, un autre monde est radicalement possible. Notre Histoire ne se limitera pas à des statistiques terrifiantes. Voilà ce à quoi les mouvements de jeunes, et les OSC, s’appliquent. Pour rendre cela réalisable, j’agis personnellement sur 3 plans : individuel, collectif et professionnel. Et vous le pouvez aussi. 
Plan 1 : réduire produits emballés dans du plastique, manger volontairement moins de viande, prendre plus les transports en commun ou le vélo, utiliser des serviettes hygiéniques lavables, etc. 
Plan 2 : s’investir dans des associations, participer à des sommets et conférences, échanger des bonnes pratiques, s’enrichir d’idées nouvelles. 
Plan 3 : influencer les politiques locales, faire de la lutte contre le changement climatique une priorité nationale, proposer plus d’actions RSE dans vos entreprises, créer des “emplois-verts”, veiller à l’application des lois existantes, développer des formes de démocratie participative, demander encore plus d’inclusion des jeunes dans les instances de décision. 
Chaque action pour l’environnement est un acte de patriotisme fort, à encourager et améliorer. Et chaque individu a un rôle clef à jouer à travers ses cercles d’influence. Agissons ensemble!
 

Article écrit par Jay Ralitera, 

Fondatrice de CliMates Madagascar, Coordinatrice de programmes 

environnement et développement durable à la Fondation AXIAN