What would you like to search for?

Vers la promotion du tourisme durable et local

Ce 27 septembre, nous célébrerons la journée mondiale du tourisme

Un moment idéal pour célébrer le tourisme centré sur la découverte de la nature, le tourisme local ... et ainsi découvrir nos richesses naturelles. 
Malheureusement, les impacts de la pandémie du Covid-19 sur le tourisme à Madagascar n'est pas sans conséquences. En quelques chiffres, la filière tourisme est menacée : 44.000 emplois directs et 300.000 emplois indirects (rapport du Plan Multisectoriel d’Urgence de Madagascar publié par la primature en juillet 2020.)
Pour une relance du tourisme, association, agences de voyage, parcs, etc. misent sur le tourisme local et mettent l’écotourisme au cœur de leurs initiatives.

Tourisme communautaire : une relance post Covid pour le parc villageois VOI Mitia sy Miaro ny Ala 

 
Pour Madagascar, le tourisme communautaire est en vogue depuis quelques années et  peut être une forme privilégiée de développement local. Il est généralement admis que l’activité touristique pour être pérenne doit contribuer à l’autonomisation des communautés locales au moyen de leur participation active aussi bien au niveau de la prise de décision que dans le processus de développement.

Cette forme de tourisme vise à préserver le patrimoine naturel, culturel et social et à assurer la viabilité de la diversité biologique et ceci ne se contente pas d’une simple approche écologique. Elle implique également une participation des touristes ainsi que des personnes visitées à des actions d’éducation à la sauvegarde de la biodiversité. Après avoir visité un parc, combien des gens pensent à conserver les orchidées sauvages ou de préserver l’habitat naturel des Indri indri après leur visite ?

Un des leaders et modèle du tourisme local communautaire est le « Parc villageois VOI Mitia sy Miaro ny Ala » (Amoureux et préservateur des forêts), à Andasibe qui est créé en 2011 avec l’initiative des guides locaux et la communauté de base. Actuellement, il est presque autonome pour la gestion de la forêt d’une superficie de 30 hectares. Pour ce parc villageois, le nombre des touristes a été de 200 visiteurs par semaine en 2019. Mais avec la pandémie du Covid-19, ce nombre a réduit de 25 pour l’année 2020-2021. Il est à noter que ce sont les locaux qui visitent le parc communautaire pendant la période de pandémie.

Afin de préparer la reprise de l’activité touristique après la pandémie, des formations, des mises à jour des membres des guides ont été effectué pour se préparer la venue des touristes pour la prochaine saison. Des mesures sanitaires ont également été prises car 70% des guides d’Andasibe ont été vaccinés.
Association des guides d’Andasibe
 

Kivalo Soa Honko : pour une relance du tourisme local

 « Kivalo Soa Honko » est un site d’écotourisme communautaire dans la destination Morondava, avec des paysages uniques qui combine l’Allée des Baobabs et les mangroves, une excursion d’une journée ou plus en partant de Morondava en voiture, en vélo, à pieds ou en pirogue.

Le groupe d’accueil de Kivalo propose des activités autour de la restauration de l'habitat en plantant des mangroves, une visite diurne et nocturne de la rivière en pirogue traditionnelle pour profiter des canaux de mangrove, pêcher les crabes, observer les oiseaux et aussi repérer les lémuriens gris. Les clients sont les bienvenus dans des familles d'accueil gérées par des femmes dans les villages, servant une cuisine locale et partageant le style de vie, la culture et le folklore Sakalava-Vezo ou de pêcheur, l'art et l'artisanat des femmes et des sculpteurs sur bois du village pour sensibiliser à la diversité de la faune et de la flore du site.

Malheureusement, la pandémie de la Covid-19 a affecté le tourisme local : le site n’est plus en mesure d'atteindre une viabilité économique tout en bénéficiant aux communautés locales. Les femmes et jeunes sont les plus vulnérables, car le tourisme international est fermé depuis la crise.

Notre solution est d’orienter notre stratégie en ciblant les visiteurs nationaux et régionaux, en partenariat avec les associations villageoises de Madagascar et les opérateurs privées qui opèrent dans les accueils villageois. Tout cela par la promotion du tourisme durable en renforçant les capacités des communautés hôtes en autonomisation alimentaire, en recyclage, dans la transformation de produits de mer et la réhabilitation du tombeaux Sakalava et art funéraire (Rasidany). Également en organisant plus d’activités en plein air et sportives telles que les randonnées, festivals, avec des exercices pratiques de conservations comme la plantation mangroves.

Pour que la relance soit possible, des renforcements en matériels sont aussi nécessaires : approvisionnement en eau, des transports en communs tel que les bus.
Kivalo Soa Honko